fbpx

Comment concrétiser un projet de création d’application

Posté le : 
19 mai 2021
 - Categories : 
 Par Thibault d'Ottho

Les applications sont devenues très à la mode grâce à l’évolution des technologies comme le smartphone. Longtemps utilisées pour l’amusement, elles sont devenues des outils marketing et commerciaux indispensables dans certaines entreprises. Pour certains business, l’application est le produit qui permet à l’entreprise de délivrer ses services, et est indispensable à son activité ou en constitue la pierre d’angle. Dans d’autres, elles sont utilisées pour recruter de nouveaux collaborateurs, faciliter la collaboration en interne, améliorer des processus métiers ... Dans tous les cas, il s’agit toujours d’améliorer le fonctionnement de l’entreprise. Seulement, une bonne préparation est nécessaire pour créer une application. On commence par concrétiser l’idée de création d’application puis on organise le processus de déploiement étape par étape. Découvrez tout ce qu’il faut savoir pour mettre en place et réaliser ce type de projet.

Pourquoi créer une application en entreprise ?

La création d’une application peut être un atout de développement important pour une entreprise. En effet, il existe de nombreuses et  bonnes raisons pour se lancer dans ce projet. En voici quelques exemples :

  • Améliorer la visibilité de la société. Les applications font actuellement partie des moyens les plus utilisés pour acheter, vendre, jouer et créer un réseau d’amis en ligne. Les utilisateurs, souvent jeunes, guettent la moindre nouveauté en matière d’apps. Ils veulent être les premiers à les utiliser et à les commenter auprès de leurs amis. Cette tendance peut être un atout majeur pour une entreprise qui décide de créer sa propre application, qui peut ainsi faire usage de ces adeptes de nouvelles tech et services qui seront de véritables locomotives pour l’adoption du produit. Si elle parvient à les séduire, les utilisateurs vont sûrement l’utiliser et la partager. En parallèle, ils vont parler de l’entreprise et améliorer la réputation de la marque.
  • Ensuite, ce type de projet consiste à améliorer l’expérience client. Les applications permettent d'accéder plus rapidement aux divers services ou renseignements de la société. Il est aussi plus facile d’interagir avec l’équipe. Les applications sont accessibles n’importe où avec un smartphone ou une tablette.
  • Enfin, il s’agit de profiter des atouts fournis par la technologie. Par ailleurs, la création d’une application permet d'obtenir un outil supplémentaire pour faire face à une concurrence qui devient de plus en plus féroce.

Connaître les raisons et objectifs de la création d’une application est important. Cependant, il est aussi essentiel de maîtriser les étapes pour y arriver. C’est l’une des meilleures façons de concrétiser le projet.

Quelles sont les étapes pour créer une application ?

La création d’une application ne se fait pas à la légère, même si des plateformes (avec le mouvement no code par exemple) facilitent de plus en plus cette tâche.

Cela peut parfois relever d’un véritable parcours du combattant, aussi l’entreprise ou l’entrepreneur doivent-ils se donner les moyens d’évaluer faisabilité et rentabilité de ce projet et d’en planifier les différentes étapes et jalons. Ce afin de réaliser le projet en minimisant les risques et en maximisant les bénéfices attendus.

Dans les grandes lignes, le processus de création se déroule en 5 à 6 étapes, pour certaines desquelles les méthodes utilisées varient selon le contexte et l’approche choisie :

  • la première étape consiste à transcrire les idées sur un support afin de formaliser le projet et d’en définir les objectifs, enjeux, parties intéressées, bénéfices, coûts et moyens mis en œuvre. Le lean canvas, sur lequel nous revenons un peu plus en détails dans la suite de cet article, est un outil puissant pour disposer d’une vision d’ensemble du projet et se placer en face des besoins utilisateurs dans ses premières phases
  • La deuxième étape consiste à établir un cahier des charges sommaire à partir de l’étape précédente : design, interface et fonctionnalités désirées ...
  • La troisième étape consiste en une validation de la faisabilité et de la rentabilité du projet, à partir du cahier des charges sommaire de l’application et des éléments déterminés dans la première étape. Il s’agit de choisir de manière précise les moyens techniques, humains, et financiers qui seront déployés. Par exemple le choix de la technologie d’application : applications natives destinées aux iOS ou Android ou les applications Web accessibles via un navigateur, ou encore hybrides. Les modalités de développement, de promotions, les coûts associés et bénéfices directs ou indirects attendus. Étude de faisabilité et de rentabilité peuvent ici être formalisées afin de d’opter ou non pour la poursuite du projet, ou prendre les décisions qui permettront de minimiser les risques pour l’entreprise. Elles pourront par ailleurs être intégrées à un “business plan application”
  • Pour la validation d’un projet d’application, en interne en entreprise par exemple, ou pour l’obtention de financement auprès des organismes compétents, établir un business plan d’application peut permettre aux parties prenantes de disposer d’une vision d’ensemble sur le projet et ses enjeux, et de décider ou non d’octroyer les soutiens adéquats.
  • L’étape suivante est la création de l’application à proprement parler. Il est possible de créer l’application soit en la faisant soi-même, pour les départements IT en entreprise ou personnes disposant de compétences en programmation, en confiant le projet à l’agence de développement choisie, ou en utilisant un app builder ou tout autre outil de programmation visuelle no code adéquat.
  • Enfin, une fois le développement de l’application terminé, une phase de test permet de déceler les potentielles lacunes, bugs et améliorations nécessaires afin d’apporter corrections et mises au point. L’application n’aura ensuite plus qu’à être diffusée auprès de vos utilisateurs, sur les stores par exemple pour une application native ou hybride.

Faire une étude de faisabilité avant le lancement du projet

Avant de se lancer dans la création  proprement dite de l’application, une étude de faisabilité est indispensable dès que les idées sont mises sur papier. L’objectif principal de l’étude de faisabilité est de déterminer s’il est possible de créer l’application souhaitée. Il s’agit aussi de déterminer s’il est dans l’intérêt de l’entreprise de poursuivre la démarche. En fonction du résultat de l’analyse, les responsables du projet peuvent décider de lancer, d’améliorer ou d’abandonner le projet. Pour en arriver là, il faut passer par quatre étapes essentielles :

  • L’étude de faisabilité d’un projet passe par l’analyse des objectifs de l’entreprise et des besoins des clients. Il s’agit de déterminer si le projet répond à ses besoins et permet à la société d’atteindre ses objectifs. Cette phase est aussi essentielle pour adapter le projet à ses besoins et ainsi assurer le succès du projet. Aussi, ces analyses permettent de déterminer à l’avance si les idées de départ correspondent aux attentes du public.
  • L’étude de faisabilité concerne aussi l’évaluation du coût et du nombre de ressources requis pour la réalisation du projet. Dans le détail, les ressources méthodologiques sont analysées. Ce sont généralement les méthodes permettant de distinguer l’application des autres. Ensuite, les ressources matérielles sont définies pour éviter les surprises qui pourraient retarder l’aboutissement du projet. En dernier lieu, les ressources humaines et financières sont étudiées. Elles permettent de définir si le projet représente une dépense excessive ou non pour l’entreprise.
  • Le délai de réalisation du projet est aussi un élément important à identifier tout comme les potentiels risques et bénéfices pour l’entreprise. Cette étape consiste surtout à évaluer si le risque est minime, surmontable, ou trop important pour l’entreprise.
  • Pour finir, il est aussi indispensable de déterminer la faisabilité technique, c'est- à dire si les fonctionnalités recherchées sont réalistes et possibles à mettre en place sur le plan technique.

La validation du projet dépend du résultat obtenu grâce à ces diverses analyses.

Business plan pour le développement d’une application : de quoi s’agit-il ?

Pour obtenir des financements afin d’assurer le succès d’un projet de création d’application, il est parfois indispensable de créer un business plan adapté. Cette étape représente la suite logique de l’étude de faisabilité et de rentabilité. Elle concerne aussi une étape de réflexion en exploitant les résultats obtenus lors de cette phase. La création d’un business plan pour la création d’une application permet de répertorier tous les paramètres à respecter : concept, ressources financières, viabilité, etc. Sur ces points, son utilité semble être similaire à celle de l’étude de faisabilité. Cependant, le business plan dispose d’une autre fonction plus importante. En effet, il fait partie des documents permettant d’obtenir un financement en cas de besoin de prêt. Il contient toutes les informations permettant de convaincre les investisseurs. Il s’agit d’une étape quasi indispensable si vous avez besoin d’investissements pour le projet, puisque ce document contiendra tous les éléments nécessaires à l’évaluation de la viabilité du projet afin d’estimer les risques.

Pour qu’il soit efficace, le business plan créé doit comporter plusieurs volets regroupés en deux parties :

  • La première catégorie concerne la présentation globale du projet. Dans cette partie, il est question de parler du concept de base du projet. Les traits distinctifs de l’application sont détaillés ainsi que sa finalité, sa raison d’être et sa valeur ajoutée. La présentation rédigée doit aussi faire le point sur la stratégie marketing utilisée : cible(s), personas et marché, détaillés dans un rapport sur les résultats d’une étude de marché, éléments d’identité graphiques et de branding (logo, nom et marques déposées le cas échéant), canaux de communication mis en face de l’audience (réseaux sociaux, site internet vitrine, publicités payantes etc)...
  • La deuxième partie du business plan “application” est consacrée au financement du projet et à l’étude de sa rentabilité. Les informations sur le modèle économique et le coût du développement et du lancement de l’application sont abordés. Elle concerne aussi la présentation du potentiel rendement de l’application pour l’entreprise. Parmi les modèles de monétisation d'applications possibles, il existe par exemple le freemium qui permet d’attirer des utilisateurs grâce à la gratuité. Toujours concernant ce volet, toutes les stratégies représentant une dépense doivent être mentionnées dans le business plan : publicités, déploiement, etc. Les estimations ou projection des revenus attendus sont également nécessaires afin de permettre d’estimer la rentabilité du projet.

A noter qu’un business plan n’est pas forcément nécessaire pour créer une application. Long à constituer, il s’agit d’un investissement en temps et en énergie important. Les résultats des études de marchés et les prévisions financières peuvent également être en décalage avec la réalité en fonction des méthodes utilisées. Il n’est pas rare de voir une entreprise se lancer à en pleine confiance grâce à une étude de marché donnant des signaux très positifs, pour se rendre compte qu’en conditions réelles, les utilisateurs ciblés n’adoptent pas le produit fini, et que les revenus générés sont complètement déconnectés des prévisions financières réalisées.

Dans certains cas, il est plus pertinent de se consacrer à la création d’un MVP en restant à l’écoute de son marché, pour accélérer la mise sur le marché de l’application et disposer de retours utilisateurs dans le but d’améliorer son produit en continu. Si vous connaissez votre marché, que votre projet d’application est prêt à être testé, et que vous avez moins besoin d’investissements externes, d’autres approches sont possibles.

Les méthodes les plus connues pour mettre en œuvre un projet de création d’application

Il existe de nombreuses méthodes permettant de lancer et concrétiser un projet de création de projet. Parmi les plus connues centrées sur l’utilisateur, on peut citer le lean Startup et la méthode Agile.

Le lean startup, qui peut être couplé avec le lean canvas, est une technique de mise en œuvre de projet ou de lancement d’activité économique ou de produits. Elle consiste à travailler avec les utilisateurs dès le début du projet. En effet, elle est basée sur le validated learning. En d’autres termes, une expérimentation est réalisée afin que les utilisateurs valident le concept et les idées de l’application. Après chaque expérimentation, les utilisateurs émettent des avis destinés à faire progresser la solution. L’objectif final est de développer une application répondant aux attentes du public qui deviendront finalement des clients de l’entreprise.

La méthode Agile constitue une approche adaptée pour la gestion d’un projet informatique tel que la création d’une application. Elle consiste aussi à faire participer les utilisateurs dans la création de la nouvelle solution. Ce concept s’appuie sur un processus itératif. Dans le détail, il est demandé aux clients leurs visions sur les fonctionnalités. Les recommandations sont ensuite transmises aux développeurs. Cette équipe les trie afin de déterminer les options les plus récurrentes. À partir de là, une phase dite d’itération est lancée. Elle représente la conception, le développement et le test du résultat. Cette étape est répétée jusqu’à ce que l’application soit jugée prête. À noter, les utilisateurs essayent les produits finis lors de chaque itération afin de donner des feedbacks utiles pour le perfectionnement de l’application.

Méthode Agile ou Lean start-up pour mettre en œuvre la création d’une application

Pour départager ces deux méthodes, il faut se pencher sur leurs avantages et inconvénients. Le procédé Agile permet d’avoir une maîtrise sur le produit final. Le fait de travailler en itération permet de créer une application répondant aux attentes des utilisateurs en améliorant de manière incrémentale le produit en fonction des retours utilisateurs. Elle est améliorée au fur et à mesure que les besoins et réponses changent. En outre, l’équipe mobilisée pour le projet travaille à l’unisson et les membres connaissent leurs rôles. Par ailleurs, le fait de tester les fonctionnalités lors de chaque itération permet d’obtenir des feedbacks rapides de la part des utilisateurs. Ainsi, on apprend très en amont s’ils sont satisfaits ou pas du produit. S’ils le sont, l’application peut être lancée. Dans le cas contraire, il faut l’améliorer. En revanche, la méthode Agile est un peu plus difficile à mettre en place. Le concept peut être mal compris par les équipes de développement, ce qui cause des retards au niveau de la réalisation du projet. De plus, il y a un sérieux manque de visibilité. Il est difficile de déterminer ou d’avoir une idée de l’aspect final de l’application avant la fin du procédé. Pour couronner le tout, la méthode Agile est plus coûteuse financièrement parlant et en termes de temps. La création de MVP (Minimum Viable Product) ou POC (Proof of Concept), prend beaucoup trop de temps, ce qui n’est pas le cas avec la méthode Lean startup.

La Lean startup permet de créer rapidement et à moindre coût un POC et un MVP.  En effet, cette méthode est relativement plus simple. Elle aide les entrepreneurs et les entreprises à développer et lancer rapidement un projet à moindre coût. Sur le terrain ou concernant les expérimentations, tout est réalisé rapidement. Même ce faisant, les résultats sont rassurants. Concernant la création d’application, la lean startup fait que le produit final est adapté aux besoins des clients et de l’entreprise. Cela est possible du fait que tout au long du processus, des données issues des retours utilisateurs sont collectées et analysées. Le produit est donc développé sur la base de ces analyses et non d’hypothèses, ce qui fait que ce sont uniquement des fonctionnalités utiles qui sont développées. Il est par ailleurs possible de déceler grâce à ces retours des besoins insoupçonnés lors de la phase d’idéation, pour “pivoter” et orienter le produits vers ceux-ci afin d’offrir une proposition de valeur unique et parfaitement adaptée à la cible. Pour finir, la lean startup est plus facile à mettre en place en plus de permettre de réduire le temps et l’argent investis.

Qu’en est-il du lean canvas?

Le lean canvas est un outil permettant de créer un business model, notamment dans le cadre de la mise en place d’un projet informatique. Le principe de base est simple : résumer et structurer sur une seule page les idées de départ. Il consiste à utiliser un tableau contenant 9 cases correspondant aux éléments suivants : problème, solution, proposition de valeur unique, avantages compétitifs, segments de clientèles, indicateurs de performance, canaux, coûts et sources de revenus. Toutes ces cases sont donc à remplir avec les informations recueillies lors des phases de création du projet.

le lean startup canva Ash Maurya adapté en français par laurent demontiers

Dans la pratique, le lean canvas se réalise en plusieurs itérations. En effet, il faut remplir toutes les cases seul ou en équipe. Après une phase de remplissage, le résultat obtenu est présenté auprès d’un panel d’utilisateurs pour valider le projet. Une série d’allers retours entre l’équipe et le panel d’utilisateurs permet ainsi de finaliser le lean canvas, avec une offre optimisée pour les utilisateurs de l’application.

Lorsque le lean canvas est correctement réalisé, il va permettre de bénéficier de nombreux avantages :

  • Créer un projet concret basé sur le feedback des futurs utilisateurs, avec un business model arrêté à partir d’une idée;
  • Avoir un cahier de charges servant de base pour la réalisation du projet ;
  • Avoir le résumé de l’essentiel du projet à portée de main;
  • Disposer d’une vision d’ensemble sur les fonctionnalités et l’utilité de l’application;
  • Disposer d’une vision d’ensemble sur les principaux poste de dépenses, revenus et partenaires;

À noter, le lean canvas permet aussi d’avoir la possibilité de se mettre à la place de l’utilisateur final. Cet aspect est essentiel dans la mesure où il permet de créer une application répondant aux besoins du marché.

Vous pourrez retrouver un exemplaire du Lean Startup Canvas à imprimer (adaptation du business Model Canvas d'Alexander Ostwalder dite Lean Startup Canvas par Ash Maurya, traduite en français par Laurent Demontiers) mis à votre disposition pour impression ci-dessus, issu du site de l'association Entreprendre en France de la chambre du commerce et du l'industrie.

Création d’application : les solutions no-code

Aujourd’hui, la création d’une application est devenue plus accessible au grand public. Outre le fait d’avoir la possibilité d’engager des développeurs pour un prix plus ou moins attractif, il existe des solutions pour concrétiser soi-même son projet. Certaines d’entre elles ne nécessitent pas une grande, voire aucune, connaissance en matière de programmation ou de codification. Il s’agit des plateformes no-code. Elles permettent de mettre au point des applications sans code. Dans la pratique, un code sous-jacent constitue les applications construites sur ces plateformes. Cependant, il ne revient pas au créateur de rédiger lui-même ce code. Des éléments préconstruits sont mis à disposition sur ces plateformes, sous forme de briques fonctionnelles aisément utilisables, par exemple avec un système de glisser-déposer qui permet d’aligner les éléments. On parle également à cet égard de programmation visuelle, puisque la programmation en code au sens traditionnel du terme est délaissé au profit de l’utilisation d’éléments visuels, depuis une interface graphique destinée à faciliter et accélérer le processus de création.

Les outils no-code pour la création d'application permettent de bénéficier de nombreux avantages :

  • Elles permettent de faire des économies et minimiser les risques financiers. Le développement par une agence ou un développeur spécialisé représente un coût potentiellement très élevé, qui requiert parfois un prêt bancaire. L’utilisation d’un outil no code permet de réaliser un MVP (minimum viable product) afin de tester et valider (ou améliorer) un service fonctionnel auprès du marché, en minimisant les coûts de développement.
  • Pour une petite entreprise à faible budget, il devient plus facile d’entamer la digitalisation. Elle peut avoir accès à un outil de développement qui permet de réaliser ce qui a été depuis longtemps réservé aux grands groupes.
  • Il n’est pas nécessaire de faire appel à un développeur dont les services peuvent être onéreux. Au sein d’une entreprise, toutes les équipes peuvent participer à la création de l’application sans avoir de compétences techniques en la matière (et apporter de surcroît une vision métier unique dès les premières phases de la création dans le cas d’applications entreprise à usage interne). Il suffit qu’une personne maîtrisant les plateformes no-code les guide tout au long de la concrétisation du projet pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs.

Dans une vision dite “low code” il est également possible de combiner les outils no code avec des méthodes de programmation traditionnelles au sein des équipes IT. Cela permet d’utiliser le no code pour libérer des ressources humaines dont les coûts sont importants (ingénieurs informatiques par exemple) en accélérant certaines parties du développement, et de les employer uniquement lorsque le développement du produit requiert l’apport de leurs expertises spécifiques.

Point important, il est tout à fait possible de créer une application complexe sur les plateformes proposant le no-code.

Passer de l’idée à la mise en place d’un projet nécessite donc une longue phase de réflexion. Entre la transcription sur papier des idées et les diverses analyses de faisabilité, la tâche peut être lourde et parfois contraignante. Pour alléger les charges, contactez Ottho pour vous donner des conseils. Notre équipe peut également vous former en matière de création d’application, et notamment dans la maîtrise des plateformes no-code.

Recommandé pour vous

23 juillet 2021
Comment monétiser une application ?

Depuis l’apparition des smartphones, les téléchargements d’applications n’ont cessé d’augmenter. Rien qu’en 2018, le nombre de téléchargements a atteint 205 milliards. Selon les estimations, il […]

Lire la suite
7 juillet 2021
TikoAntik, une liste de naissance responsable, solidaire et engagée au service des futurs parents.

Le projet TikoAntik a participé au hackathon nocode organisé par la Cantine, Nocodeforgood et les Ecossolies. Évènement majeur dans l'univers du nocode et de l'économie […]

Lire la suite
10 juin 2021
Le No-Code pour changer le monde avec Emmanuel Straschnov.

Fondateur et co-CEO de Bubble, Emmanuel Straschnov est considéré comme l'un des pionniers du mouvement nocode mondial. Au micro de Thibault Marty, découvrez le portrait […]

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le no-code vous intéresse ?

Inscrivez vous à notre plateforme pour commencer accèdez immédiatement à nos premier tutoriels et commencer à réaliser votre application.
S'inscrire gratuitement
46 Rue Montgrand
13006 Marseille
Mail : hello{at}ottho.frJob : job{at}ottho.fr
arrow-right
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram