Vivre en étant freelance Bubble avec Lucien Tavano

Posté le : 
4 août 2021
 - Categories : 
 Par Stéphanie Vagba

Product Director chez AirDev, expert Bubble et Adalo, Lucien TAVANO est une figure incontournable du milieu Nocode en France. Au micro de Thibault Marty, découvrez son portrait sans plus attendre. 

Parle nous de ton parcours.

Pour me présenter, j'ai une formation d'ingénieur mais qui n'a rien à voir de près ou de loin avec l'informatique. C'est plus ingénieur mécanique et aéronautique à vrai dire. J'ai étudié aussi en école de commerce. Je n'ai pas suivi de formation dans le développement web même si dans toutes les écoles d'ingénieurs on touche un tout petit peu au code. Mais en général, c'est du code basique comme du C++, du bas niveau comparé à Bubble. 

Ensuite, j'ai fait du développement commercial pour des filiales d'Airbus en Asie. C'est à ce moment-là que j'ai monté ma première startup à Bangkok. À cette époque-là, la scène startup s'était développé et forcément ça donnait envie. Comme beaucoup d'entre nous, je ne savais pas développer. J'avais pas mal joué avec des blogs dans les années 2000. Je customisais des blogs et je m'occupais du design. Je n'ai pas été plus loin que le CSS donc je ne savais pas faire grand chose.

Quelles ont été tes premières expériences entrepreneuriales ?

Je me suis retrouvé à monter une startup classique, trouver un CTO. Coup de chance j'en avais trouvé un. Il était extra. (rires) Une belle histoire. Lever des fonds, monter une petite équipe, une belle aventure en soi. On est monté jusqu'à 8 collaborateurs pour vous dire. Pour expliquer le concept, c'était une application de trading: une interface permettant de s'appuyer sur les courtiers ou les traders avec leur interface hyper complexe. 

On est arrivé tard sur le marché. Je vous l'a fait courte là-dessus, mais en gros ça a capoté. On n'a pas pu faire la levée suivante. On commençait à gagner un peu de sous, mais pas assez pour continuer à garder une équipe. Mais surtout, ce que je retiens de cette période, c'est la frustration, la lenteur à laquelle on a avancé. Avancer lentement parce que les développeurs n'avaient pas assez d'expérience, parce que je ne pouvais pas me payer les développeurs qui avaient 20 ans de bouteilles. Mais surtout, je ne pouvais rien faire. Je ne pouvais pas modifier la couleur d'un bouton. C'était la frustration extrême. La startup n'a pas fermé en une seule journée. C'est hyper long légalement de fermer une startup. Ça prend un an à peu près. (rires)

Frustration extrême, je me dis: quand je lance un projet la prochaine fois, il faut absolument que je sache m'atteler.

Raconte nous ta rencontre avec le code

J'avais un petit gap de deux mois où je n'avais rien à faire. Je me dit autant le mettre à profit et apprendre à coder ou peu importe. Apprendre à coder c'est jouable. Mais gérer un projet complet comme la startup que j'ai lancée c'est impensable. Même pour quelqu'un qui apprend très vite, il faut réussir à gérer le côté design, le côté back, le côté dev etc. Ça demande tellement de casquettes. Ce n'est pas une route viable d'apprendre à coder. C'est un peu ce qu'on voit quand il y a des gens qui participent à des bootcamps du type le WAGON. Ça donne de supers bases, mais cela ne permet pas d'apprendre à porter un projet d'un point de vue technique. Dans le développement web, tu es très souvent spécialisé dans un seul domaine précis: front-end, back-end.

Comment as-tu découvert le Nocode ?

En 2017, j'ai commencé à chercher des outils et c'est à ce moment-là que j'ai trouvé Bubble. J'ai compris tout de suite le potentiel de cet outil. Je me suis dit OK ça vaut le coup de me former et d'y investir du temps. Il y a une galaxie d'outils nocode et Bubble sort du lot. Avec cet outil, je sais que je peux créer seul des petits produits comme des SAAS. Pour me former, j'ai pris une formation sur UDEMY, il n'y avait pas encore de bootcamp à l'époque. C'est un format court en autonomie. Ça m'a mis le pied à l'étrier et à partir de là j'ai monté 3-4 projets. Au début je n'avais pas de projet précis. La bonne stratégie est de voir avec les copains ou la famille s'ils n'ont pas besoin de quelqu'un pour la partie technique de leur projet. (rires)

Pour moi la bonne stratégie quand tu débutes sur Bubble est de ne pas commencer à travailler sur tes propres projets. Honnêtement, il y a des outils plus simples que Bubble. Si vous commencez direct à travailler sur des projets qui vous tiennent à coeur vous allez avoir du mal à apprendre et à lancer vos projets. 

Dans l'univers du Nocode, Bubble c'est LA grosse artillerie. C'est vraiment pour lancer des V1 et des V2 qui permettent de vivre longtemps avec des side-projects et de prototyper hyper loin des projets de grande envergure.

Petit conseil que je pourrais donner aux gens qui veulent se lancer sur Bubble: lisez le forum Bubble. C'est ça qui m'a fait décoller. Ayez ce réflexe de lire le forum. Au lieu d'aller sur Facebook, allez sur le forum. Il faut apprendre à se conditionner de cette manière. J'y vais un peu moins qu'avant mais j'essaie d'y aller dès que je peux. Dès qu'un nouveau plugin sort ou une autre nouveauté, vous êtes informés. Ça permet de rester à jour.

Quelles ont été tes principales difficultés avec Bubble ?

Les connexions avec les API. Il faut vraiment plonger dans leurs documentations. C'est du low-code et non plus du Nocode. Et au début quand tu commences, le concept des states est un peu abstrait. Tu mets du temps à te l'approprier. Et aussi, il faut bien comprendre ce qui se passe du côté navigateur et donc client, par rapport au côté back et côté serveur. Réussir à optimiser les performances de l'application demande beaucoup de temps, d'expérience et de recul sur comment tu construis les choses.

Raconte nous ton expérience en tant que freelance.

Assez rapidement j'ai eu mes premiers clients. Par la suite, j'ai décidé de lancer mes propres projets. J'ai eu des petits SAAS qui n'ont pas énormément explosé mais qui ont plutôt bien marché.

Pendant 1 an j'ai été freelance mais je trouvais que c'était un peu solitaire. Même si on est en relation avec le client, on gère les encaissements et les factures. Gérer sa boîte demande beaucoup de casquettes. Aussi, je me suis rendu compte que je préférais me concentrer sur le produit, la partie technique plutôt que de gérer le reste. C'est pourquoi, je me suis rapproché d'agences. Il y a tout un écosystème d'agences qui est en train de naître et qui est en demande de développeurs Bubble. Ils ont compris qu'ils pouvaient avoir une offre canon tout en utilisant le Nocode. Ils ont besoin de gens qui savent utiliser cet outil. Je tiens quand même à souligner qu'à l'heure actuelle, il y a plus d'agences que de prestataires. De plus, on commence à voir passer des offres d'emploi en CDI. Ces postes sont destinés aux personnes qui connaissent pas mal d'outils nocode. Les Mac Gyver du Nocode (rires). Il y a aussi des agences nocode qui recherchent spécialement des développeurs nocode spécialisés Bubble avec un niveau avancé. Ces personnes-là doivent être capable de délivrer des applications très rapidement.

En tant que prestataire nocode pour agence, je trouvais que c'était une manière de travailler très intéressante. Je pouvais passer du temps à développer. Et tout le côté recherche de clients, c'est l'agence qui s'en occupait. À la fin, quand je fais le calcul de mon taux horaire, je suis bien plus efficace à travailler pour des agences que quand je travaillais tout seul et qu'il fallait gérer le reste. C'est du simple au triple ce que je peux me payer de l'heure en travaillant pour des agences. De plus, quand on travaille pour une agence, ce qui est bien c'est qu'on est jamais tout seul. Il y a très souvent un slack où on peut échanger avec l'équipe. On peut discuter sur telle ou telle fonctionnalité etc. Cela rend le travail bien plus intéressant. On a les bons côtés du freelance et les bons côtés de travailler en équipe.

As-tu déjà essayé d'autres outils nocode ?

À l'époque il n'y en avait pas autant qu'aujourd'hui. J'en avais essayé quelques-un. Mais pour moi Bubble se détache vraiment. Il y en a un autre qui se détache aussi mais il est plus dur à utiliser c'est AppGyver. C'est plus puissant que Bubble. Il arrive à des résultats plus professionnels et plus performants que Bubble. Pour moi, c'est un outil complexe. Il est fait pour les développeurs. 

J'ai testé au Glide mais je trouve qu'on est trop vite frustré. 

Adalo c'est mon chouchou. Je trouve qu'ils sont vraiment tops. Par contre je trouve qu'ils sont trop simples. C'est bien pour faire des petits prototypes pour rigoler, mais on ne peut pas faire des trucs sérieux comme des projets par exemple. Ce qui est bien avec Adalo c'est qu'on fait du design beaucoup plus beau que sur Bubble. Ça joue en leur faveur. Mais c'est vrai que niveau performance ce n'est pas ça.

Totally Web, qu'est-ce que c'est ?

Totally Web est ma structure fourre-tout en fait. C'est mon entreprise où je fais mes prestations et mes formations Bubble et mes sideprojects. C'est ma structure légale, ma petite SARL.

Quel est ton rôle chez AirDev ?

Ça fait un peu moins de deux ans que je suis avec eux. Je suis passé de Product Manager à Product Director. Je suis freelance mais je bosse à 99% pour eux. C'est une grosse boîte, on est une cinquantaine. Il y a du monde de San Francisco jusqu'en Nouvelle-Zélande.

Quelle est ta vision du Nocode dans les 3 prochaines années ?

Le Nocode va permettre d'enlever des barrières. De plus en plus de monde vont pouvoir créer des produits digitaux. Beaucoup d'idées vont émerger. Des concepts de niche vont avoir des solutions plus rapidement. Des concepts vont voir le jour. Un Shopify permet à tout le monde de devenir vendeur en ligne. C'est un peu le même type de révolution avec le Nocode. Dans une moindre mesure, dans les entreprises, il y a des gens qui vont pouvoir réaliser leurs propres outils. Les gens vont pouvoir réaliser des outils internes.

Quels sont tes pronostics sur Bubble pour les trois prochaines années ?

Pour l'instant on a vu aucun outil les rattraper. Pour moi la seule concurrence qu'ils ont c'est AppGyver. Leur levée de fonds leur a fait du bien. Bubble est le WordPress du Nocode.

Recommandé pour vous

7 juillet 2021
TikoAntik, une liste de naissance responsable, solidaire et engagée au service des futurs parents.

Le projet TikoAntik a participé au hackathon nocode organisé par la Cantine, Nocodeforgood et les Ecossolies. Évènement majeur dans l'univers du nocode et de l'économie […]

Lire la suite
10 juin 2021
Le No-Code pour changer le monde avec Emmanuel Straschnov.

Fondateur et co-CEO de Bubble, Emmanuel Straschnov est considéré comme l'un des pionniers du mouvement nocode mondial. Au micro de Thibault Marty, découvrez le portrait […]

Lire la suite
1 juin 2021
Lancement de la formation Masterclass Paiements Stripe sur Bubble

Nous sommes heureux de vous annoncer une nouvelle formation, la formation Masterclass Paiement Stripe sur Bubble, dont la première session d’une durée de trois jours […]

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le no-code vous intéresse ?

Inscrivez vous à notre plateforme pour commencer accèdez immédiatement à nos premier tutoriels et commencer à réaliser votre application.
S'inscrire gratuitement
46 Rue Montgrand
13006 Marseille
Mail : hello{at}ottho.frJob : job{at}ottho.fr
arrow-right linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram